Alice Cooper & la danse macabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alice Cooper & la danse macabre

Message par Daktar le Mer 29 Avr - 22:54

Alice Cooper & la danse macabre

La provocation fait partie intégrante de l’œuvre d’Alice Cooper. Certaines critiques n’ont pas manqué de s’indigner devant ce malsain personnage, qui joue avec des os en chantant « Pick up the Bones » ou « I love the dead » et qui se fait guillotiner sur scène. A première vue, il est vrai, un spectacle d’Alice Cooper ne semble pas de toute gaieté. Dans ce cas, pourquoi les fans qui emplissent les salles de concert depuis des décennies n’arborent-ils pas la mine désoeuvrée à laquelle on pourrait s’attendre ? Au contraire, il sourient, hurlent de joie… Seraient-ils tous aussi détraqués que leur idole ?
Malsain ? Cooper ? Bien au contraire ! En y regardant de plus près, le rockeur grimé occupe une place de choix dans la société. Une place qui semble avoir toujours existé.

Welcome to my nightmare au moyen-âge
Les habitués des shows d’Alice Cooper ne manqueront pas de faire le parallèle entre les spectacles du musicien et les danses macabres du moyen-âge. Ce courant artistique se manifeste dans la musique, la littérature, l’iconographie et le théâtre médiéval. Le ton y est léger, presque festif, malgré l’omniprésence du thème de la mort.

De nombreuses gravures nous sont restés, sur lesquelles on remarque des squelettes, invitant évêques et paysans pour une joviale farandole. Blasphème ? Nenni ! Il s’agit de rappeler au public l’égalité des hommes devant la mort et l’inutilité de la vanité.

Cooper, lui aussi, fustige les puissants en faisant apparaître des hommes politiques sur « Elected » se battant pour des voix comme des mendiants pour des pièces. Ce sont ici les thèmes classiques du carnaval, la dérision vis-à-vis des distinctions sociales.

Dans toutes les cultures, à toutes les époques
Les exemples comme celui-ci sont innombrable. En fait, chaque culture, chaque époque semble posséder son équivalent de la danse macabre moyenâgeuse.
- Le thème de la mort est très présent dans les mosaïques antique, notamment celles retrouvées à Pompéi.
- Au XVIIe siècle, parmi les peintres hollandais, la mode est à la Vanité. Il s’agit de représenter les richesses de ce monde accompagnées d’un crâne humain. C’est une mise en garde ; on n’emporte rien dans sa tombe.
- L’Amérique du Sud est très marquée par la culture du carnaval. Renversement des codes sociaux et danses macabres sont indissociables de la fête. En Guyane, on brûle publiquement un mannequin à l’effigie de Vaval, ancien maître d’une plantation et esclavagiste. La mise à mort publique d’un personnage de méchant, ça ne vous dit rien ?
- Le premier cartoon de la série Silly Symphonies, réalisé par Walt Disney en 1929 s’intitule « The skeleton dance ». Son titre français est « La danse macabre ». On est vraiment proche de l’univers visuel d’Alice Cooper.


Il ne s’agit donc pas de pulsions suicidaires ou d’envie de meurtre. La danse macabre est une façon de dire ; « je sais que la mort viendra » et de fustiger ceux qui pensent parvenir à la dompter par le pouvoir « Elected » ou l’argent « Billion dollar baby ». C’est une démarche très saine.
Alors, la prochaine fois que vous entendrez une personne traiter Alice Cooper de taré, c’est vous qui pourrez vous dire ; « C’est quoi son problème à ce type, il est pas normal ».
avatar
Daktar
Chroniqueur de Disgraceland
Chroniqueur de Disgraceland

Masculin
Nombre de messages : 27
Age : 36
Date d'inscription : 28/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Cooper & la danse macabre

Message par Hisha le Jeu 30 Avr - 0:04

Vachement intéressant Wink Des arguments à ressortir!
Taré, Alice? Oui, mais dans le bon sens What a Face xD
avatar
Hisha

Féminin
Nombre de messages : 292
Age : 25
Localisation : sur la toile...
Emploi/loisirs : lecture, écriture, musique
Humeur : mouais
Date d'inscription : 02/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://hysha.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Cooper & la danse macabre

Message par Halo Of Flies le Jeu 30 Avr - 19:59

Daktar,

Bonne analyse, tu mets le doigt sur le plus fondamental aspect d'Alice Cooper dès la première phrase : la provocation.
Provoquer, prendre à contre-pieds, dans un unique but : faire réagir l'auditeur. Peux importe la réaction, positive ou négative, l'important est la réaction, ou l'interaction.
Provoquer la pensée, penser différemment, être différent, être créatif, proposer une alternative au mouvement "Peace & Love" de la Ouest Coast américaine de l'époque, le tout dans un univers artistique avant-gardiste.
Il faut se replonger dans les premiers pas du groupe pour en saisir toute l'essence : l'apparition de la guillotine et la toile d'araignée sur scène ne datent respectivement pas de la tournée Billion Dollar Babies ou celle de Welcome To My Nightmare, mais de bien avant que le groupe décide de s'appeler Alice Cooper, de 1964-65 pour être précis.
Cela fût possible grâce à l'alchimie des 5 membres du groupes et de leur entourage. La provocation avec Neal Smith, la rébellion avec Glen Buxton, l'avant-gardisme artistique de Dennis Dunaway, l'ambiguïté sexuelle avec Alice, le tout mixé avec l'efficacité musicale de Michael Bruce et l'image du groupe tissé des mains de Cindy Smith/Dunaway ne pouvaientt qu'engendrer un cocktail explosif pour l'époque.
On pourrait presque reprendre le slogan d'Apple avec Einstein en toile de fond : "Think différent" pour décrire un des concepts du groupe.

L'interactivité avec le public est un autre aspect important qu'a développé le groupe. Briser le mur entre la scène et le public. Les exemples sont nombreux: l'apparition sur scène de personnes semblant venir de la foule assistant au concert, les costumes très flashy et les miroirs collés sur la basse de Dennis pour renvoyer des lumières de la scène vers le public et ainsi tisser un lien immatériel avec l'audience, de même pour les boules à facettes sur la tournée Billion Dollar Babies, les objets jetés dans le public et ceux atterrissant sur scène.

Ce ne sont ici que quelques exemples "en vrac", mais il est vrai que cela nécessiterait une analyse plus poussée. J'avais d'ailleurs à un moment eu l'idée de travailler sur l'impact que le groupe avait sur la société au début des années 70, d'un point de vue sociologique, cela n'est malheureusement resté qu'un projet.
avatar
Halo Of Flies
Chroniqueur de Disgraceland
Chroniqueur de Disgraceland

Masculin
Nombre de messages : 72
Age : 51
Localisation : Centre
Date d'inscription : 21/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Cooper & la danse macabre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum